Hautes terres

Hautes Terres

Plus de vues

  • Hautes Terres

Là où la nature est restée intacte, où certains paysages n’ont parfois jamais été vus par l’homme, se trouvent les « Hautes Terres », magnifiquement photographiées par Walter Bonatti.

Parution :

Format (Taille) 24 x 32 cm
Nombre de pages 400
Nombre d'ilustrations 300
Collection Guérin
Format Hors collection

ISBN 978235221-0047 | Editions Paulsen

Version papier
55,00 €

Résumé


Là où la nature est restée dans une ambiance intacte, où certains paysages n'ont parfois jamais été vus par l'homme, protégés de ce fait d'un destin destructeur, se trouvent les "Hautes Terres". Elles illustrent ce livre et ramènent à l'enfance.
Dans ces pages, Walter songe aux explorateurs d'autrefois, aux sites vierges et secrets qui ont bercé son imagination. Bien des années plus tard, Walter Bonatti, au cours de ses propres explorations eut la chance d'approcher ce qu'il nomme des fragments de l'origine du monde, et de les prendre en photo. Parfois un cliché révèle un véritable trésor écologique.


Des sommets des Alpes au Venezuela, du cap Horn à l'île de Pâques, de l'archipel des Vanuatu à l'Himalaya, jusqu'au volcan Nyiragongo, le grand alpiniste et explorateur italien emporte le lecteur dans un voyage de 360° autour du monde et dans ses réflexions d'auteur.
Ce livre illustré, unique par la profondeur de sa pensée, rassemble les photos, inédites pour la plupart, provenant de la collection personnelle de Walter Bonatti.

Walter Bonatti est né à Bergame le 22 juillet 1930. Dès sa jeunesse, il se voue à l’alpinisme extrême. Il repoussera ensuite la frontière des possibilités humaines : il est l’auteur de chefs-d’œuvre de l’alpinisme classique. La face est du Grand Capucin (1951), les faces nord de Lavaredo en hiver (1953). En 1954, son terrible bivouac à 8100 m sous le sommet du K2, fait de lui un solitaire. L’ascension en solitaire du Dru (1955), la traversée intégrale des Alpes à skis (1956), la première du Gasherbrum IV en 1958, la face nord des Grandes Jorasses en hiver (1963), la face nord du Cervin (1965).
Sur ce dernier exploit, il abandonne l’alpinisme extrême, pour se consacrer à l’exploration des régions les plus reculées du monde.

Les livres de l'auteur