Christophe Colomb vu par un marin

Christophe Colomb vu par un marin-Editions Paulsen

Plus de vues

  • Christophe Colomb vu par un marin-Editions Paulsen

Le célèbre explorateur italien raconté par un aventurier du XXe siècle. Un texte incroyablement vivant, accompagné ici, par plus de 200 illustrations.

Parution :

Thème Explorateurs
Genre Biographie
Format (Taille) 23 x 23 cm
Nombre de pages 352
Nombre d'llustrations 300
Collection Exploration
Format "Texte & images"

ISBN 978237502-0197 | Editions Paulsen

Version papier
56,00 €

Résumé


Près de 400 ans après les expéditions de Christophe Colomb, Jean-Baptiste Charcot, le « gentleman des pôles », entreprend d’écrire sur le grand navigateur qui l’a précédé. Riche de son expérience d’explorateur et de marin au long cours, doté d’une solide connaissance des sciences grâce à son père médecin, c’est l’homme de métier qui s’exprime en expert, raconte le capitaine de navire moderne qu’était Christophe Colomb (l’un des premiers à utiliser des instruments tels que la boussole, le quadrant, le gouvernail d’étambot ou encore le bâton de Jacob) et dresse, à travers le personnage, un état des lieux de la Marine à la fin du XVe siècle.


Il s’étend sans détour ni exagération, à la manière des véritables marins, sur sa prodigieuse aventure maritime, en nous faisant partager des épisodes de la vie des matelots embarqués, entre chants collectifs, labeur quotidien, mutineries et découvertes fantastiques. Conquistador, astrologue, chef d’expédition, marchand, vice-roi des Indes... On oublie souvent la qualité première du célèbre explorateur italien : son art des sciences de la navigation. Jean-Baptiste Charcot nous la rappelle dans un texte incroyablement vivant, ici accompagné par plus de 200 illustrations.

Extrait

Jean-Baptiste Charcot fut médecin, explorateur des zones polaires et océanographe. À la mort de son père en 1893, il suit la voie dont il a toujours rêvé : l’océanographie. La fortune dont il hérite construit son premier Pourquoi pas ? Il part en Antarctique de 1903 à 1905, parcourt des milliers de kilomètres le long des côtes australes et établit de nouvelles cartes marines. En 1908, la découverte d’une île, baptisée « Terre de Charcot », marque à jamais son nom sur les cartes. Pendant la Première Guerre mondiale, il n’abandonne pas la mer et devient médecin puis capitaine de frégate. À l’Armistice, il explore le Groenland et le Nord. En 1936, le Pourquoi pas ? s’échoue en Islande, Jean-Baptiste Charcot et ses 39 équipiers disparaissent.